Voix de l'Ain - Elodie Frégé : "Un truc pétillant et turbulent" (26 avr 14)

Aller en bas

default Voix de l'Ain - Elodie Frégé : "Un truc pétillant et turbulent" (26 avr 14)

Message par Aless le Dim 27 Avr 2014, 13:13

http://www.voixdelain.fr/blog/2014/04/26/elodie-frege-%C2%AB-un-truc-petillent-et-turbulent-%C2%BB/

Élodie Frégé : « Un truc pétillant et turbulent »

La chanteuse présentera son dernier album, Amuses Bouches.


La fille de l‘après-midi revient avec un nouvel album, Amuses bouches. Un album enregistré en partie à Miami, et qu’elle a voulu « chaloupé ». Invitée par le Printemps de Pérouges, elle sera le 15 mai à Villieu-Loyes-Mollon. Entretien avec une jeune femme simple, nature et pas si sage…


Comment est né cet album, comment a-t-il été écrit et composé. Qu’est-ce qui vous a inspirée?
Je ne sais jamais comment naissent les chansons. Ce sont des choses que j’ai vues, vécues, digérées. Je n’aurais
jamais imaginé écrire un album qui joue sur l’érotisme, la sensualité, l‘espièglerie…
Je mets beaucoup de temps à écrire mes chansons. J’aime bien que cela vienne tout seul. Je ne me mets pas à une table en me disant aujourd’hui j’écris. J’ai besoin de vivre les choses, de les digérer. Cela peut paraître un peu long pour les professionnels qui travaillent autour de moi, la maison de disque…


Vos textes sont très soignés.
La sonorité des mots est aussi importante que la mélodie et les harmonies ! Tout cela doit donner un ensemble cohérent. Mais souvent, une fois que j’ai commencé un texte, je ne mets pas énormément de temps à l’écrire.


Pour cet album, vous jouez sur l’image de la femme fatale des années 50. C’est un univers qui vous parle?
J’aime les films avec Greta Garbo, Grace Kelly, toutes ces actrices des années 40-50. Elles étaient très apprêtées mais avaient quelque chose d’un peu sauvage qui n’allait pas forcément avec leur apparence physique. C’est cela aussi que je veux conserver. Je suis très apprêtée même pendant mes concerts. Mais à l’intérieur de cette coquille sophistiquée, il y a un truc pétillant et turbulent.

L’album a été réalisé par Marc Collin (Nouvelle vague). Pourquoi l’avoir choisi lui?
Parce que je connaissais son travail, que j’admirais. Surtout sur l’album de Nouvelle Vague. Il est l’un des deux fondateurs du projet Nouvelle vague. Ce côté bossa nova mais pas désuet, toujours très moderne, me plaisait. Et il a une façon de traiter la voix des femmes que j’aime. Cela a été une collaboration très simple. Et j’ai pu participer au projet Nouvelle vague, jouer un peu partout dans le monde.

Justement, vous avez participé à ce projet, collaboré avec plusieurs artistes.
Qu’est-ce que cela vous apporte?
Cela m’a apporté énormément au niveau scénique. Le fait de ne pas chanter mes textes et d’être avec un groupe, cela m’a permis de me lâcher beaucoup plus, d’expériementer. D’être plus à l’image de ce que je suis dans la vie. Aujourd’hui sur scène, je me déplace différemment.


L’album a été enregistré à Miami. Est-ce que cela lui donne une couleur particulière?
Une bonne partie de l’album a été enregistrée à Miami, avec des musiciens cubains et des musiciens et des artistes qui maîtrisent ces rythmes chaloupés. Je ne voulais pas quitter la France pour enregistrer un album, mais je suis tombée amoureuse du son et de l’ambiance. Nous y étions en hiver, il faisait chaud. C’était joyeux ! C’est tout cela qui apporte cette couleur, ainsi que le travail de Marc Collin. C’était tellement agréable de redécouvrir les chansons avec ces rythmes !


Vous avez aussi écrit pour d’autres. Notamment pour la violoniste Karen Brunon. Est-ce que cela enrichit votre travail?
Cela fait peu de temps que j’écris pour d’autres. Karen Brunon est une amie d’enfance de Benjamin Biolay. Nous avons passé du temps à discuter des chansons… J’aime écrire sur des gens que j’ai rencontrés ou avec qui j’ai des points communs. Cela a très bien marché. Elle doit enregistrer son album très prochainement. C’est une super mélodiste, une artiste dont le travail en solo gagne à être connu.
Écrire pour d’autres cela permet d’explorer des univers auxquels on n’aurait pas pensé pour soi. À cause de l’âge ou de l’expérience de chacun. On s’ouvre, le style se précise.

Vous avez dit dans une interview que vous aviez découvert le plaisir de la scène. Qu’est-ce que cela représente pour vous aujourd’hui ?
Au début je pensais que je n’étais pas faite pour ça. Que je n’avais pas de charisme. C’est dû à l’émission à laquelle j’ai participé (ndlr, la Star Académy). Puis je me suis ouverte à la scène. C’est toujours un moment heureux de rencontrer le public, on retrouve des personnes qui nous suivent. Je ne suis pas une show girl, mais je parle un peu. Pendant les chansons je suis assez diva, mais entre les chansons j’aime bien parler avec le public. J’aime qu’il y ait une interaction. Je n’écris pas les textes entre les chansons, c’est assez… spontané.

À quoi va ressembler votre spectacle?
J’interprète des chansons que les gens aiment, La ceinture, La fidélité, La fille de l’après-midi. Et des chansons du dernier album, pour le faire découvrir. À mes côtés il y a une bassiste (une chanteuse de Nouvelle Vague), un batteur, un guitariste, un clavier. Et un ingé son et un éclairagiste géniaux, avec qui je travaille depuis un moment.


Propos recueillis par CGu



Élodie Frégé, Amuses bouches, jeudi 15 mai à 21h, salle Innovance à VCillieu-Loyes-Mollon. 34€/28€. Résa 0 826 30 24 68. www.festival-perouges.org

Ecoutez l’interview réalisée par Franck Presti pour Saison 4 TV
avatar
Aless
Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 29437
Age : 30
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 05/02/2005

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum